LILLENIUM : Symbole du renouveau de Lille-Sud ?

On n'y croyait plus. Lillenium, mastodonte de 56 000m² à Lille-Sud commence enfin à sortir de terre. 250 millions d'euros ont été posés sur la table pour faire de ce futur centre commercial "la locomotive du territoire". Un e-leclerc, 105 commerces, un hôtel, une cité des enfants et un rooftop de 320m². Le plus grand chantier au nord de Paris est lancé. Durée des travaux : 27 mois. Reportage... 

0
632
Lillenium Visite Pro Reportage
©️Rudy Ricciotti

UN COMBAT DE LONGUE HALEINE

Près de la rue Faubourg des Postes, sur le terrain boueux, difficile de se frayer un chemin. 250 personnes s’activent pour tout ratisser. « On devrait grimper à 2000 personnes les neuf derniers mois du chantier », lance l’un des ouvriers. Au milieu des pelleteuses et de l’odeur de béton humide, partout où le regard se pose, les grues lardent l’horizon. À peine né, le projet est déjà vieux de dix ans.

« On finissait par ne plus y croire ! Je tiens à féliciter les promoteurs qui n’ont rien lâché malgré l’adversité. » Le sourire aux lèvres, Martine Aubry n’a pas réussi à dissimuler sa joie lors de la pose de la première pierre de Lillenium.

Grégory Dymerski et Romain Demettre, les deux promoteurs de Vicity à l’origine du projet, n’imaginaient pas que celui-ci allait s’apparenter à un véritable sport de combat. À force de ténacité, de persévérance et de coups-de-poing sur la table, le futur géant commence enfin à percer sa coquille. Aux prémices du projet, Lille-Sud commence tout juste sa métamorphose. L’enthousiasme des jeunes promoteurs se heurte aux réticences des financeurs privés, frileux à l’idée d’investir dans un concept aussi risqué. « Beyrouth », le « Checkpoint », les surnoms de certains habitants de Lille-Centre pour qualifier le quartier n’étaient pas glorieux. Dans certaines mentalités, il est encore difficile d’envisager de franchir le pont de Lille-Sud, quartier mal famé et synonyme de danger. Certains n’y ont pas mis les pieds depuis dix ans. « On n’a pas eu de mal à convaincre des enseignes internationales, notre gros problème c’est les Lillois. Il faut transformer la réputation de Lille-Sud », affirme Marc Abadie, directeur du Réseau et des territoires de la Caisse des dépôts et investisseur du projet.

Lillenium - Reportage Visite Pro
©️Rudy Ricciotti

LE « NOUVEAU LILLE-SUD »

Aujourd’hui, nouveau son de cloche. Lille-Sud est un quartier populaire qui a commencé sa mue. Les promoteurs se battent pour obtenir leur petite parcelle de terrain. « On est passé d’un quartier difficile à un quartier de toutes les mixités », confirme le nouveau président de l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine), Olivier Klein, qui a investi 12 millions d’euros dans le projet Lillenium. Convaincus que sous la boue se cache un joyau inexploité, les politiques se sont lancés dans la redynamisation de Lille-Sud. Requalification des voiries et des espaces publics, construction de nouvelles écoles, collèges, piscine, salle de spectacle et médiathèque… Lille-Sud, propulsé par « Le Grand Projet Urbain » de la MEL, débute sa métamorphose. Au milieu des tours HLM, les immeubles neufs ou rénovés fleurissent un peu partout. Déjà plus de 3 200 m2 sont sortis de terre. Depuis 2006, 250 millions d’euros ont été investis pour démolir les cités et reconstruire du logement mixte “haute qualité environnementale”. Objectif : transformer le profil économique et social de la ville. En d’autres termes, plus de mixité sociale et de brassages de population. Le quartier Sud de Lille compte 24 000 habitants et prévoit d’atteindre les 30 000 d’ici deux ans. La première pierre est posée mais le pari audacieux est loin d’être gagné. Au-delà de l’effervescence, les commerçants, tout comme les habitants du quartier Sud de Lille, placent beaucoup d’espoir dans ce nouveau temple dévolu de la consommation. À l’aube du « nouveau Lille-Sud », Lillenium, annoncé comme la future locomotive du quartier est symbole de renouveau. Sera-t-il à la hauteur des espérances ? Il faudra attendre novembre 2019, date de l’inauguration pour savoir s’il deviendra le nouveau quartier bourgeois de Lille.

 Lillenium - Visite Pro Reportage

L’EMPLOI EN TOILE DE FOND

Vicity a signé une charte de l’emploi auprès de la Mairie qui l’oblige à employer 50% de ses nouveaux salariés parmi les habitants de l’une des dix zones urbaines sensibles de l’agglomération. “Le développement économique sans la précarité”, “Haut lieu de développement de l’emploi de qualité, solide et pérenne dans le respect des hommes”, sur la brochure, les qualificatifs élogieux sont soigneusement choisis et lourds de promesses. Suite à l’ouverture officielle en 2019, Lillenium fera naître 900 emplois. À noter que le taux de chômage frôle les 30% dans certains quartiers de Lille-Sud, alors qu’il n’est que de 12% en moyenne dans le reste de la ville. Tous espèrent que l’arrivée de Lillenium se traduise par un dynamisme économique.

©️ Malherbe Paris

NOUVEAU GÉANT DANS LE MONDE DÉJÀ SATURÉ DES HYPER ?

La métropole lilloise concentre 223 magasins, dont 24 hypermarchés et 12 établissements de plus de 2 500 m2, des chiffres record pour les métropoles françaises. La MEL est aussi en première position en France (hors Paris) pour son nombre impressionnant de supermarchés. Elle en compte 199 sur son territoire. Alors pour exister au cœur de cet échiquier bondé, les créateurs du projet comptent bien tirer leur épingle du jeu. À l’image des terrasses du port de Marseille, le futur colosse s’est offert son architecte de renom, Rudy Ricciotti, grand prix national d’architecture. Le talentueux architecte est catégorique : “Ce n’est pas un supermarché, ni un centre commercial. Je ne conçois pas de supermarché c’est abominable ! Lillenium c’est un village de commerçants.” H&M, Foot Locker, Camaïeu, Sephora, Espace culturel E.Leclerc, Le Club Sandwich, Histoire d’Or… Sur l’ensemble du projet, 62% des surfaces sont déjà pré- commercialisées et commercialisées et 70 sont en cours de négociations. Pensé dès sa conception comme un lieu de vie, d’échanges et de business, le futur centre est le fruit d’une véritable prouesse technique. « Notre volonté, à travers Lillenium est de réinventer la ville européenne traditionnelle. Les rez- de-chaussée commerciaux, les adresses sur rue et les hautes vitrines valorisantes favorisent l’ouverture sur le quartier et la ville où la rue est un espace d’échanges et de diversité accepté », précise l’architecte. Faire du shopping dans les 105 boutiques prévues, manger dans l’un des dix restaurants réunis autour d’une terrasse commune de 320 m2 ou boire un verre dans le skybar et son rooftop, Lillenium a tout d’une menace pour Euralille. Sans compter sa « Cité des enfants », un espace ludique d’animation, pédagogique et culturel dédié à la culture scientifique pour les 2 à 12 ans. À l’origine, Lillenium a d’abord été conçu pour répondre aux besoins des habitants. Depuis la fermeture d’Intermarché en 2014, les résidents de Lille-Sud sont privés de supermarché. 98% d’entre eux effectuent leurs achats alimentaires en dehors du quartier. Michel-Édouard Leclerc l’a promis lors de la pose de la première pierre en décembre dernier, l’arrivée de l’hypermarché E-Leclerc devrait combler ce manque “il sera plus beau mais pas plus cher ! ”.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentez s'il vous plait
Votre prénom